Interview de Mohamad Hachad

Publié le 04/04/2020 Mis à jour le 08/02/2021

Basketteur professionnel depuis plus de 10 ans, Mohamed Hachad évolue cette saison en Pro B  au club de Fos-sur-Mer. Mohamad a pas mal voyagé durant sa carrière : il a joué au Canada, en Suisse, en France et même au Qatar. Il a également participé deux fois au Championnat d’Afrique de la FIBA avec l’équipe nationale du Maroc (2009 et 2011) ou il a notamment produit une très belle ligne de statistique. Mohamad accorde cette interview à basketpack, durant laquelle nous allons avoir la chance de pouvoir échanger sur sa carrière et avoir son opinion sur les équipements de basket qu’il préfère. 

 

Mohamed, ta carrière t’as conduit dans différents pays, ayant des cultures très différentes. Peux-tu te présenter en quelques phrases et nous parler de ton parcours qui semble très riche ?

Je m’appelle Mohamed Hachad, et je joue actuellement en Pro B à Fos-sur-Mer. Un club ou j’ai pu évoluer auparavant pendant 4 saisons consécutives entre 2010 et 2014 . Je vais avoir 37 ans cet été et je continue à prendre du plaisir sur les terrains même si  je suis plutôt en “fin de carrière”. Je suis aussi papa de 3 enfants.

Comme tu le dis, ce fut une expérience très enrichissante ! J’ai eu l’occasion de voyager pour exercer ma passion qui est le basket. A travers ces voyages, j’ai pu acquérir une éducation notamment grâce à mon cursus universitaire aux Etats-Unis. Je suis né au Maroc; j’ai fait un cursus de high-school au Canada (équivalent du lycée) puis j’ai obtenu une bourse d’étude à Northwestern, une université à côté de la ville de Chicago. C’est l’université où évoluait TJ Parker (le frère de Tony Parker) qui a été roommate avec moi pendant 3 années. Cela a été une superbe expérience car cette université est considérée comme une référence de standards académiques et sportives dans la région. Ensuite, j’ai commencé ma carrière professionnelle, ou j’ai joué en Suisse, en France, et au Qatar. J’ai également été international Marocain pendant plusieurs années; et j’ai participé à quelques championnats d’Afrique. J’ai souvent évolué entre le poste 2 (arrière) et le poste 1 (meneur) – je suis plutôt polyvalent donc j’ai été utilisé par mes coachs pour contribuer à différents postes sur le terrain.

 

Quelle est l’expérience qui t’as le plus marquée ?

Chaque expérience est enrichissante, pour déterminer la plus importante, ça dépend de ton angle d’analyse. En terme d’ambiance (stade, supporter) je n’ai jamais connu quelque chose comme Le Portel (Pro A) ou j’ai joué 2 saisons. Nous avons eu la chance de participer à une petite coupe d’Europe. En terme d’infrastructure sportive et d’engouement c’est l’université américaine. (des salles de 18 000 personnes) En terme de niveau collectif, le plus haut que j’ai connu fût Le Portel en pro A. Le coach de l’époque ( Eric Girard) avait une philosophie de travail extraordinaire, et des valeurs collectives défensives impressionnantes. Avec une équipe moyenne, il nous a amené en demi finale de coupe d’europe (FIBA cup) ou on a échoué à un point de la finale en 2017-2018. Mais toutes les expériences que j’ai connues ont été enrichissante, je suis reconnaissant de chaque équipe dans laquelle je suis passé.

 

Tu as tenté ta chance en NBA, en passant un essai avec les Toronto Raptors (les actuels champions NBA) – peux-tu nous donner quelques informations sur cette expérience ?

A la fin du cursus universitaire; les choix se présentent aux joueurs. J’ai fait une dernière année assez prometteuse en universitaire; et j’ai donc été invité au mini camp des Raptors. Il y avait des joueurs comme Rajon Rondo, Dehnam Brown et Jermaine Bucknor. Cette expérience a été très intéressante. Le résultat fut encourageant car mon jeu a été apprécié et j’ai été jugé comme un bon potentiel. Mais la compétition est très rude pour aller en NBA. On m’a recommandé d’aller en Europe ou en D-league (la ligue de développement; actuellement la “G league”). Le choix de l’Europe m’a semblé le plus judicieux en terme d’évolution de carrière et de salaire. Je suis donc retourné à Montréal dans une ligue mineure (ABA ligue pendant 2-3 mois) en attendant de trouver un contrat intéressant en Europe. J’ai eu la chance de signer en Suisse en 1ère division. Le niveau était correct mais c’était surtout un bon tremplin pour se faire repérer. C’est la que je me suis d’ailleurs fait repérer par mon agent actuel, Guillaume Althoffer. J’ai d’abord  joué à Saint Etienne en Pro B, puis à Rouens en Pro A. Enfin, je suis allé à Fos sur mer; ou je suis actuellement en contrat jusqu’au 30 juin. J’ai aussi fait 2 saisons au Qatar, qui on été très intéressantes; mais il y avait beaucoup d’écart de niveau entre les joueurs étrangers et les joueurs locaux. Je manquait légèrement de challenge sportivement; donc je suis retourné en Pro A au Portel; ce qui s’est avéré comme un choix gagnant.

La saison a été moyenne pour ton équipe actuelle (milieu de classement de la Pro B : 10 victoires pour 13 défaites) – elle est pour l’instant suspendue à cause du Covid-19. Quels sont tes plans pour la saison à venir ?

Je pense de plus en plus à ma reconversion car c’est important. Je suis de retour à Fos-sur-Mer et c’est l’endroit idéal pour continuer à jouer au basket et préparer la suite. Malheureusement cette saison, collectivement ça n’a pas été trop ça; mais on a un super groupe, qui travaille dur. Je pense que ça allait commencer à payer; mais le championnat s’est arrêté. Théoriquement, le championnat est suspendu. C’est à l’étude actuellement. Je commence une formation FIBA (Timeout 2.0) en parallèle de ma carrière de joueur. Cela devait commencer à Pragues le 24 juin mais c’est en suspens à cause du Covid 19. L’objectif est de sortir avec un master en sport management – l’idée est de transposer l’expérience acquise par des joueurs internationaux dans un contexte professionnel FIBA. Cette formation se fait en partie à distance et en présentiel; ce qui permet de poursuivre une carrière de basketteur professionnel. Pour l’instant, mon avenir est un peu flou. Je suis encore très bien physiquement et j’essaie d’être productif dans ma réflexion pour trouver un équilibre entre la famille et le travail.

 

Pour finir sur les questions liées à ta carrière : quel est le meilleur championnat dans lequel tu as joué ? Quelles sont les principales différences en terme de niveau de jeu entre la Jeep Elite (Pro A) et la Pro B ?

Le meilleur niveau a été selon moi la Pro A. Pour les différences entre la Pro A (Jeep Elite) et la Pro B ; il n y a pas de réponse “simple”.  C’est une question qui revient souvent, mais c’est assez difficile d’y répondre. Pour simplifier l’analyse; je dirais que ce sont 2 championnats très proches. Le style de jeu est un peu différent; la pro B est sous-estimée car ça reste un championnat très physique; où il est difficile de trouver des espaces car ça court beaucoup. En pro A , il y a plus de spacing; mais il y a plus de dureté à gagner ses 1 contre 1. Sur une analyse rapide, je dirais qu’il faut une qualité de jeu collective plus importante pour réussir en Pro A.

mohamad hachad

On passe à la partie équipement… es-tu actuellement sous contrat avec une marque ou est-ce que tu as déjà été sous contrat ?

Non, et je n’ai jamais été sous contrat avec une marque; mais à la fac nous étions  sponsorisé par Adidas. On avait des dotations; mais rien de contractuel. Adidas nous fournissait collant, chaussures, chaussettes et des survêtements.  Adidas sponsorise Northwestern; et les joueurs qui passent professionnel sont ensuite “suivi” par Adidas; qui envoie du matériel. Donc en Suisse, je continuais à recevoir du matériel Adidas. A l’époque, je ne jouais qu’avec des Adidas “Pro Model”; j’avais juste à contacter l’université pour obtenir de nouvelles chaussures (pour une quantité “personnelle” évidemment)

 

Tu as été professionnel en Suisse, en France (notamment en Pro A pendant plusieurs saisons) et au Qatar. Peux-tu nous dire comment ça se passe pour un joueur de ton niveau sur ces différentes expériences : est-ce qu’il y a d’importants écarts en terme de sponsoring, liberté de choix d’équipement, etc. selon les pays et les championnats.

Je dirais que ça change à chaque fois, à chaque saison; parfois il y a des règles strictes, parfois ce n’est pas le cas. Par exemple, en France, à un moment ce ma carrière, un type de chaussette bien précis était imposé. Je ne me souviens plus exactement de quelle marque. Puis Peak a pris de l’importance et a commencé à équiper beaucoup d’équipe. Certains joueurs devaient porter des chaussettes Peak. Pour les chaussures c’est différent; c’est un autre sujet. C’est un outil de travail très important pour les joueurs donc on reste assez libres – à part les Adidas de l’université; on ne m’a jamais imposé un modèle spécifique pour jouer. A l’université; on devait porter du Adidas, même en sortant dans la rue !  On ne devait pas s’afficher en Nike dans la rue ou dans le campus ! Mais ce n’était pas vraiment un problème; nous disposions de très bons équipements, en abondance…

Aucune ligue on je n’ai joué ne nous imposait une marque en particulier. Actuellement, certains de mes coéquipiers sont sponsorisés par Peak et doivent porter des chaussures Peak. Par exemple, Edouard Choquet (avec qui je partage le même agent) est sponsorisé par Peak. Il choisit la paire qui lui convient par rapport à son style de jeu, et il doit la porter. Il est meneur de jeu donc il porte une paire faite pour les postes extérieures, assez légères et basses.

 

Comment tu choisis tes chaussures de basket ? Est-ce que tu te base plutôt sur l’esthétique, ou sur les performances des modèles ? Ou sur les deux ?

Je choisis en fonction de la performance et du confort. Le critère de confort est très important selon moi. J’ai joué avec la “Pro Model” de Adidas pendant des années car c’est un modèle très confortable et qui convient à mon style de jeu et à mon pied. Quand Adidas a arrêté de les sortir je suis passé à Nike. Adidas a ressorti cette année la “Pro Model” donc je recommence de jouer avec. Pour moi, le confort vient largement avant l’esthétique. Ce choix n’est pas partagé par tous mes coéquipiers; mais pour moi c’est assez clair ! Beaucoup de joueurs font attention aux couleurs et à l’esthétique. J’ai souvent eu un jeu très latéral avec beaucoup de dextérité donc mes chevilles sont très sollicitées. Donc je n’ai jamais utilisé de chaussures basses ! Mentalement ça ne me convient pas. Alors que certains joueurs utilisent des chaussures basses et sont très à l’aise. J’ai également souvent utilisé des semelles orthopédiques : ce type de semelle est régulièrement utilisé par les sportifs de haut niveau.

basketpack mohamad hhachad

Tu changes souvent de paire ? A quelle fréquence ? As-tu plusieurs paires en simultané ?

Je dirais environ une paire tous les deux mois. Oui, j’ai plusieurs paires en simultané dans le vestiaire pour éviter tout problème. Tous les joueurs ont plusieurs paires dans le vestiaire en cas de soucis. Certains coéquipier ont une une paire d’entraînement, plus une paire pour les matchs à domicile et une autre pour les matchs à l’extérieur. Car les couleurs de maillots changent; et ils souhaitent que ce soit assorti. Personnellement, je suis plutôt simple sur ce point; donc je ne fais pas très attention aux couleurs.

 

Quelle est ta marque de chaussure de basket favorite ?

Sans hésiter, la “Pro Model” de chez Adidas ! Je crois que j’ai eu toutes les couleurs et toutes les modèles !

 

Tu utilises des équipements spécifiques pour la pratique du basket, en dehors de tes chaussures ?

En plus des semelles orthopédiques; en fin de carrière, j’utilise des chaussettes de compression; ce qui est très efficace pour la récupération. On en a pour la compétition et pour la récupération.

 

On termine avec une question très “basketpack” : peux-tu nous donner le top 3 des meilleures chaussures de basket que tu as portées ?

La “Pro Model” de Adidas !

La “Hyperdunk” de chez Nike

La “Kobe 4” de chez Nike

Articles similaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok