Le jour où l’histoire des équipementiers NBA a basculé

Publié le 04/08/2021 Mis à jour le 09/07/2021

On revient quelques décennies en arrière - en 1984 - pour se pencher sur l'un des tournant majeur de l'histoire des équipementiers en NBA.

La NBA (National Basketball Association) a vu le jour en 1949, dans le cadre d’une fusion entre deux championnats de basketball américains : la BAA et la NBL. Si pendant de longues années, le marketing sportif lié à la plus grande ligue de basket du monde était peu normé et relativement limité, la donne a profondément changé avec le temps. L’histoire des marques des maillots NBA illustre bien cela, avec un impact limité jusqu’au milieu des années 70, avant de devenir un marché ultra concurrentiel et enfin une licence de contrat exclusif avec des marques, courant sur des décennies entières. Malgré de nombreux changements, l’histoire des relations entre les équipementiers et la NBA a vécu un tournant majeur en 1984, qui aura considérablement changé le cours de l’histoire… on vous explique pourquoi !

Pourquoi le cours de l’histoire des équipementiers NBA a-t-il changé en 1984 ?

Comme bien souvent quand on parle de NBA,  le nom d’un certain Michael Jordan revient… et même quand on évoque le business des équipementiers, son nom reste omniprésent ! On revient en 1984, le 19 juin pour être plus précis : celui qui sera surnommé « His Airness » – toujours considéré à ce jour comme le meilleur joueur de basketball de tous les temps – est drafté par les Chicago Bulls en 3ème position.

pourquoi adidas a refusé de signer Michael Jordan

Michael Jordan, qui avait joué en Converse à l’université, va alors activement rechercher un sponsor pour ses chaussures. Trois équipementiers sont sur le coup : Converse, Nike et adidas. Aujourd’hui, nous savons de source sure (le joueur lui-même !) que « MJ » souhaitait vivement travailler avec adidas. Comme on vous l’avait déjà expliqué dans notre article sur le refus d’adidas de signer Michael Jordan en 1984, la marque aux trois bandes va alors refuser le joueur, tout simplement à cause de sa taille : sommes dans les années 1980, et les joueurs de grande taille ont alors une côte énorme. C’est d’ailleurs un intérieur, Hakeem Olajuwon, qui a été sélectionné en première position l’année de la draft de Jordan. L’équipementier prend alors une décision très claire : aucun contrat ne sera proposé à Michael Jordan ! Cette phrase parait surréaliste en 2021, mais c’est bien la réalité…

Qu’est-ce qui aurait changé si adidas avait signé Michael Jordan ?

Énormément de choses auraient changé si adidas avait fait le choix de signer Michael Jordan. Avec le recul, on sait que la marque aux trois bandes est passé à côté du meilleur joueur de l’histoire du basketball, qui a grandement participé à la mondialisation de la NBA et du basketball américain. Mais si on sort du cadre sportif, on peut affirmer sans prendre de risque que la marque Jordan Brand, filiale de Nike, n’aurait pas vu le jour, et les impacts financiers auraient été immenses.

pourquoi adidas a refusé de signer Michael Jordan

Depuis cette époque, le géant Nike semble avoir la main mise sur le marché NBA, en disposant de contrats avec les plus grosses superstars actuelles, et notamment un contrat à vie avec LeBron James. De plus, tous les maillots NBA officiels sont produits par Nike, qui est le partenaire exclusif de la NBA sur ce marché pour encore plusieurs saisons, et qui a réussi à incruster son « swoosh » sur ces derniers. De plus, les produits estampillés « Jordan » continuent de vivre, notamment sa chaussure signature, la célèbre « Air Jordan » qui est en actuellement à sa 36ème chaussure ! Affiliée à Nike, la marque Jordan Brand génère encore aujourd’hui plus de 3 milliards de CA par an, et les Air Jordan se sont vendues à plus de 100 millions de paires ! Enfin, depuis cette saison, le « jumpman » de Jordan est présent sur les maillots NBA Statement

Même si à ce jour, adidas est bien implanté sur le marché des chaussures NBA, notamment via des partenariats avec James Harden, Trae Young ou encore Damian Lillard, on peut conclure en affirmant que le marché NBA des équipementiers a vécu son tournant le plus important le jour où adidas a refusé de signer Michael Jordan. Le paysage complet du business NBA aurait été totalement différent si la marque aux trois bandes n’avait pas fait ce choix.

Articles similaires

Aucun commentaire pour le moment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites anonymes. En savoir plus Ok